Chat with us, powered by LiveChat

Pour beaucoup, le travail d’un graphiste (ou d’un webdesigner, un webmaster…) est assez flou.

Certains ont parfois tendance à penser que pour nous tout est facile, que les idées fusent, qu’un épisode de Stranger Things tourne en fond pendant que l’ordinateur fait tout à notre place etc…

Je vais malheureusement briser vos doux rêves mais ça ne se passe pas exactement de cette manière (sauf pour Stranger Things bien évidemment) .

Créer des supports de communication nécessite la mise en place d’une méthodologie très stricte et doit respecter certaines règles qui impliquent autant le graphiste que vous (le client) .

Je vais donc vous présenter les 3 règles d’or pour bien collaborer avec un graphiste.

Prendre le temps d’échanger : l’étape obligatoire !

Comme dans toute collaboration efficace, votre implication sera un aspect fondamental.

Pour qu’un graphiste freelance puisse produire des supports qui répondront à vos attentes il faut mettre en place une relation de confiance, d’écoute et d’échanges constructifs.

Cela lui permettra de comprendre ce que vous voulez mais aussi de mieux cerner la philosophie de votre entreprise.

Je vous déconseille donc les briefs courts et minimalistes du genre :

« Bonjour Jérémy, il nous faudrait une affiche pour annoncer un nouveau produit.

Nous voulons quelque chose de moderne et design. »

Le problème c’est que « moderne et design » veut tout et rien dire à la fois.

Demandez donc à un menuisier de vous faire « une table en bois, moderne, avec des tiroirs » , pas sûr que ça l’aidera beaucoup si vous détaillez pas davantage…

Dans tous les cas, si vous avez en face de vous un prestataire sérieux et organisé, il vous relancera pour obtenir toutes les informations dont il a besoin.

– Illustration ou photomontage ?

– Dans quel style ? Donnez des exemples de ce que vous attendez (liens, captures d’écrans, photos)

– Quelle(s) cible(s) vise-t-on ?

– L’accent doit être mis davantage sur le texte ou sur les images ?

– Quelle émotion le visuel doit-il provoquer ? Quelle ambiance doit-il dégager ?

Voici donc un exemple des questions que peut vous poser un graphiste (je suis sympa, je vous épargne les questions sur la typographie ou les tons à utiliser dans le cas où vous n’auriez pas de charte graphique) .

collaborer avec un graphiste
Autre élément que les clients ont tendance à sous-estimer : leur personnalité.

En effet, la façon de s’exprimer d’une personne, son tempérament, sa manière d’être etc… sont autant d’éléments qui peuvent aider un graphiste à cerner ce qui pourrait vous plaire.

Comme nous, graphistes, ne disposons pas de pouvoirs magiques permettant de lire dans vos pensées, il va donc falloir que nous collaborions.

C’est d’ailleurs grâce à ce rapport « humain » que les partenariats durent dans le temps et rendent le travail plus efficace.

En effet, quand une entreprise fait régulièrement appel au même graphiste, les briefs sont plus légers car le professionnel du design connaît sur le bout des doigts la charte graphique de l’entreprise, ses attentes, sa philosophie etc…

Voilà pourquoi une bonne communication facilitera le travail du graphiste et favorisera les chances d’obtenir des supports adaptés à votre activité et qui répondront à vos attentes.

Laisser le graphiste s’exprimer, c’est bien.

Vous avez forcément votre propre vision de ce à quoi doivent ressembler vos supports de communication, mais c’est aussi le cas du graphiste.

Gardez l’esprit ouvert, soyez réceptifs à ses suggestions, elles seront très probablement pertinentes.
Votre projet n’est pas le 1er sur lequel il travaille, on peut donc penser naturellement qu’il sait ce qu’il fait et que son regard de professionnel est le bon.

Il est important de laisser une place à sa créativité, non seulement car c’est l’essence même de son métier, mais aussi car un graphiste qui sent une certaine liberté et une vraie confiance de votre part sera dans de meilleures dispositions pour vous proposer quelque chose d’abouti.

travailler avec un graphiste

Faire des réflexions ou apporter une réflexion ?

Si jamais ce que le graphiste a produit ne vous convient pas, ne paniquez pas.
Restez courtois et donnez-lui des arguments constructifs, cela lui permettra alors de cibler ce que vous voulez.

Ne soyez pas gênés de dire que le visuel proposé ne correspond pas au résultat attendu.
Le graphiste est conscient que les premiers jets pourraient ne pas vous plaire, le tout est de savoir pourquoi.

On évitera donc de dire « Cette couleur est vraiment moche ! » ou « Mon neveu de 6 ans peut mieux faire » , mais plutôt « je voyais quelque chose de plus chaud, peut-être remplacer le bleu par du jaune, qu’en pensez-vous ? » .

Cela peut paraître évident pour la plupart des gens, mais pour certains c’est loin d’être le cas…

De plus, une rumeur dit que les graphistes sont susceptibles (bon ok, ce n’est pas qu’une rumeur…) .

comment travailler avec un graphiste

Téléphone

06.59.54.66.11

Horaires

Du lundi au vendredi
10h - 18h

remplissez ce formulaire pour me contacter.

5 + 12 =